Une histoire que l’on dit vraie et qui illustre combien nos schémas et nos représentations mentales modifient notre perception de la réalité, jusqu’à la déformer…

Un soir, une vieille dame s’arrête dans un restaurant d’autoroute.
Au self, elle commande une soupe chaude, puis va s’asseoir à une table, seule.
Réalisant qu’elle a oublié de prendre du sel, elle se lève, erre un peu dans le restaurant avant d’en trouver et retourne à sa table.
En revenant, elle y trouve assis un homme, un noir, qui plonge sa cuillère dans le bol de soupe et la mange lentement.
“Oh ! Quel culot ! pense la brave dame. Je lui apprendrais bien les bonnes manières, à ce noir !”

Cependant, elle s’assied sur le côté de la table, et, charitablement, le laisse manger un peu de sa soupe. Tirant un peu le bol à elle, elle plonge sa cuillère elle aussi, cherchant à partager au moins cette soupe avec lui. Le noir retire doucement le bol vers lui et continue de manger.
La vieille dame rapproche légèrement le bol vers elle pour pouvoir y avoir accès. Et ils finissent la soupe ainsi.

La soupe terminée, le noir se lève, lui fait signe de patienter, et revient avec une énorme portion de frites, qu’il partage avec elle.
Enfin, ils se saluent, l’homme noir quitte le restaurant et la dame se rend aux toilettes.
Lorsqu’elle revient, elle veut prendre son sac pour partir et découvre qu’il n’est plus au pied de la chaise.
“Ah ! J’aurais bien dû me méfier de ce noir !”

Elle crie au voleur, jusqu’à ce que finalement on retrouve son sac, posé au pied d’une table où repose un bol de soupe refroidie… Son bol auquel personne n’a touché.
C’est elle qui s’était trompée de table, qui s’était installée par inadvertance à la table de l’homme. C’était lui qui avait partagé avec elle !