Nous sommes attentifs aux outils et aux ressources, qui, telles les coccinelles dans les jardins, jouent le rôle précieux d’auxiliaires de la communication bienveillante. Ainsi, chaque année, nous invitons Laurent Pavageau à animer des ateliers de formation au mind mapping à destination des adultes et des enfants. C’est une chance pour toutes et tous de découvrir les bénéfices de cet outil bienveillant !

 

Qu’est-ce que le mind mapping ?

« Use your head. Change your mind », « Utilise ta tête, change ton regard », c’est ainsi que Tony Buzan, inventeur du mind mapping, introduisait le sujet dans une vidéo tournée en… 1974 ! Eh oui, bien avant le mouvement des neurosciences, Tony Buzan mettait en évidence l’intérêt de se pencher sur le fonctionnement de notre cerveau et de nos capacités cognitives.  « Le nombre de cellules et de neurones est tel, disait-il, que les connexions sont infinies, le potentiel de notre cerveau est donc immense et vaste ». A partir de ses recherches et de ses observations, Tony Buzan a développé la méthode du mind mapping, basé sur la visualisation et la cartographie mentale. Cet outil de mémorisation, de compréhension, d’analyse et de création ouvre des perspectives auxquelles nous n’aurions pas accès en procédant de façon traditionnelle. La méthode se déroule ainsi : à partir d’une image centrale associée au thème, des mots-clés se dégagent, des branches apparaissent comme autant de chemins à étudier, puis de mots en mots, elles se démultiplient jusqu’à faire apparaître une véritable cartographie, une constellation d’idées organisées dans l’espace de la feuille.

Pour quels usages ?

  • Mémoriser

« Une image vaut mille mots ». Notre cerveau mémorise plus facilement les images, les couleurs, les formes, qu’il sait bien « photographier ». Le mind mapping s’appuie sur la puissange de l’image, tout comme la data vision qui utilise le graphisme et l’illustration pour présenter une situation ou une problématique.

  • Comprendre, organiser, analyser

Nous utilisons souvent le verbe voir dans cette expression : « je ne vois pas ce que tu veux dire ». Symptomatique ! Nous avons en effet besoin de nous représenter les choses et de les faire apparaître mentalement pour pouvoir les appréhender et les cerner. D’autre part, le mind mapping propose une façon de disposer et d’ordonner les éléments d’un sujet qui permet d’en percevoir la hiérarchie, les priorités, les détails, et de parvenir, non seulement à les comprendre, mais aussi à en analyser les mécanismes.

  • Créer

 » Les idées sont comme les poissons. Si vous voulez attraper des petits poissons, vous pouvez rester dans les eaux peu profondes. Mais si vous voulez attraper le gros poisson, vous devez aller plus loin. En profondeur, les poissons sont plus puissants et plus purs. Ils sont énormes et abstraits. Et ils sont très beaux. «   Les étudiants en arts appliqués se sont appropriés cette phrase de David Lynch. Ils utilisent le mind mapping pour explorer les « eaux profondes » de leurs sujets de recherches. Ainsi, ils progressent dans les différentes strates, dans les différents niveaux de la pensée cognitive, se libère de leurs préjugés et s’offrent la possibilité de stimuler leur créativité.

Dans quelles situations ?

  • Préparer une présentation orale
  • Développer et gérer un projet au travail et dans votre association
  • Booster un projet créatif
  • Aborder et résoudre un problème
  • Organiser un événement associatif
  • Trouver des idées pour communiquer
  • Intégrer de nouvelles connaissances ou techniques

Quelle relation existe-t-il entre le mind mapping et la bienveillance ?

Tout ce qui rend la vie plus aimable, contribue à faire de nous des êtres bienveillants. Le mind mapping œuvre en faveur de notre qualité de vie au travail, mais aussi en faveur  de notre sérénité dans l’organisation de notre vie quotidienne. Grâce au bien-être, à la joie, à la satisfaction que nous retirons de son usage, nous sommes en mesure de nous rendre plus disponibles et attentifs aux besoins des autres et à nos propres besoins.

 

 

Crédit photo : Mind Mapping © Laurent Pavageau